Nadar, à propos de la photographie...

Je viens de retrouver un texte de Nadar, l'un des grands inventeurs de la Photographie, texte qui beaucoup marqué car il définit l'essence même du Photographe, et texte qui, plus de 150 après, est toujours autant d'actualité... Absolument incroyable !

"La Photographie est une découverte merveilleuse, une science qui occupe les intelligences les plus élevées, un art qui aiguise les esprits les plus sagaces – et dont l’application est à la portée du dernier des imbéciles. Cet art prodigieux qui de rien fait quelque chose, cette invention miraculeuse après laquelle on peut tout croire, ce problème impossible dont les savants qui le résolvent depuis quelque vingt années en sont encore à chercher le mot, cette Photographie qui, avec l’électricité appliquée et le chloroforme, fait de notre xixe siècle le plus grand de tous les siècles, – cette surnaturelle Photographie est exercée chaque jour par le premier venu et le dernier aussi, car elle a ouvert un rendez-vous général à tous les fruits secs de toutes les carrières. Vous voyez à chaque pas opérer photographiquement un peintre qui n’avait jamais peint, un ténor sans engagement, et de votre cocher comme de votre concierge, je me charge – c’est sérieusement que je parle – de faire en une leçon deux opérateurs photographiques de plus. La théorie photographique s’apprend en une heure ; les premières notions de pratique, en une journée.

Ce qui ne s’apprend pas, je vais vous le dire : c’est le sentiment de la lumière – c’est l’appréciation artistique des effets produits par les jours divers et combinés, – c’est l’application de tels ou tels de ces effets selon la nature des physionomies qu’artiste vous avez à reproduire. Ce qui s’apprend beaucoup moins, c’est l’intelligence morale de votre sujet,  – c’est ce tact rapide qui vous met en communion avec le modèle, vous le fait juger et diriger vers ses habitudes, dans ses idées selon son caractère, et vous permet de donner, non pas banalement et au hasard, une indifférente reproduction plastique à la portée du dernier servant de laboratoire, mais la ressemblance la plus familière et la plus favorable, la ressemblance intime. C’est le côté psychologique de la photographie, le mot ne me semble pas trop ambitieux."

« Profession de foi » de Nadar, dans La Tribune judiciaire (1857), citée par Peeters (Benoît), Les Métamorphoses de Nadar, Auby-sur-Semois, Marot, 1994, p. 44-46.

Nadar photographer

Test of translation : 

I just found a text from Nadar, one of the great inventors of the Photography, text that marked me a lot during years as it defines the essence of the photographer. This text is, after more than 150 years, still as relevant .. . Absolutely incredible!

"Photography is a wonderful discovery, a science that occupies the highest intelligences, an art that hones the most sagacious minds. - And whose implementation is within reach of the last fools The prodigious art of nothing some thing, this miraculous invention after which we can all believe that impossible problem that scientists who solve the past twenty years are still looking for the word that this Photography with applied electricity and chloroform, because of our nineteenth century the greatest of all ages. - this supernatural Photography is exercised every day by the first comer and the last too, as she opened a general rendezvous to all dried fruit every career you see at every step photographically operate a painter who had never painted a tenor without commitment, and your check as your concierge, I undertake - this is serious I speak - to make a lesson more two photographic operators. The photographic theory is learned in an hour; the first notions of practice in a day.

What is not learned, I'll tell you: it is the feeling of light - is the artistic appreciation of the effects of day and various handsets - is the application of this or of these effects depending on the nature of the faces an artist you have to reproduce. It is learned that much less is the moral intelligence of your subject - this is fast tact that puts you in communion with the model, you made the judge and head to his habits, his ideas according to his character, and you can give, not banal and random, indifferent plastic reproduction to reach the final for laboratory, but the most familiar and most favorable likeness, the close resemblance. It's the psychological side of photography, the word does not seem too ambitious. "